Rechercher
  • PETALS

Bons baisers voilés

Il y aurait tant à dire sur ces masques qui viennent voiler notre âme. Des baisers refroidis et sourires manqués aux paroles ravalées : on semble lentement s’enfoncer dans le confort de nos ombres. Repliés sur nous-mêmes.


Je le clame aujourd’hui : qu’on prenne mes yeux mais pas ma voix.

Je préfère de loin ne plus voir plutôt que de me taire.



Le port du masque aura été le grand challenge de cette année 2020. Je comprends le réflexe de vouloir se défendre quand le danger menace, mais à quoi bon se protéger d’un mal si c’est pour nous en infliger un autre ?


Je ne sais exister les lèvres cousues. Je ne sais vivre bien lorsque ma liberté la plus fondamentale, celle de m’exprimer, est restreinte. Ce masque fait de moi un imposteur qui prêche la libération mais s’impose l’emprisonnement. J’ai trop de mots, trop de musique, trop de souffle pour laisser la vie moisir au fond de mes poumons.


Ces temps étranges nous mettent à l’épreuve et nous nous devons de trouver un moyen de vivre “vrai” tout en respectant les règles de la société. En notre Yoga puisons la force et la douceur ; l’effort juste.

Alors, dès que possible, je transforme le silence forcé de mes mots en obscurité pour mes yeux; parce qu’il est épuisant de voir. En voyant, notre tête cherche à comprendre ; c’est dans le velours de la nuit que le coeur s’épanouit.


Qu’est-ce donc ce qui nous guide lorsque notre vision se retire ? Son absence cède la place au vide fécond, celui que la Foi se chargera d’occuper. Pratiquer sans ses yeux c’est faire don de soi, c’est se rendre à la lumière toute puissante, au guru ultime , Surya - le Soleil.

Aux 440 Namaskars qui m’attendent, j’ai aveuglement hâte.





4 vues
  • https://www.youtube.com/channel/UCp0bLI54ZltS8jdZwV0ehrQ?view_as=subscriber

© 2020 ANGYOGA

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now